ASTEP+: Antarctic SouThErn Photometry telescope
Projets soutenus ↦ ASTEP+: Antarctic SouThErn Photometry telescope

ASTEP+: Antarctic SouThErn Photometry telescope

De nouvelles exoplanètes sont découvertes régulièrement par les nombreux programmes d’observations dédiés. Ceux-ci requirent des observations de suivi pour validation, pour l’observation combinée dans plusieurs longueur d’ondes, et pour une détermination précise des éphémérides des transits planétaires. Ce besoin va être décuplé avec le lancement proche du télescope spatial JWST. Dans ce domaine, le potentiel de télescopes robotiques de taille moyenne (30-80cm) a été démontré par des télescopes tels que TRAPPIST au Chili et ASTEP en Antarctique. En 2021 seulement, ASTEP a détecté avec succès 66 systèmes planétaires en transit, amenant à la confirmation d’un grand nombre de ces systèmes. ASTEP a montré sa capacité à découvrir des petites planètes (avec des profondeurs de transit de seulement 0.06%), des systèmes à très longues périodes (une planète avec une période orbitale de 139 jours, un système triple dont le compagnon externe a une période orbitale de 235 jours) et en général des systèmes extrêmement difficiles à observer depuis les latitudes moyennes (par ex. un transit planétaire de plus de 12 heures).

ASTEP+ est une amélioration majeure de ASTEP qui inclut deux nouvelles caméras ultra-sensibles acquisent grâce au financement de l’Université de Birmingham et à l’ESA. Elle sera installée pour la campagne d’observation 2022. ASTEP+ combine ainsi une bien meilleure efficacité et des observations simultanées dans 2 couleurs. Cette amélioration sera suivie de l’acquisition d’une nouvelle monture à entrainement direct permettant une nouvelle amélioration de la précision et de la fiabilité des observations.

Nous proposons de poursuivre les observations d’ASTEP+ en 2023 et au-delà. ASTEP+ va poursuivre le fructueux travail de suivi des candidats planétaires du satellite TESS en se focalisant en particulier sur les planètes en transit de longues périodes : alors que ces planètes sont difficiles à découvrir et à valider, ce sont des cibles de choix pour la caractérisation de leur atmosphère avec les futurs télescopes spatiaux JWST et ARIEL. ASTEP+ va aussi suivre les transits d’exoplanètes connues pour obtenir des éphémérides précises, préparant leurs observations avec des grands instruments. Enfin, la nouvelle monture permettra d’étendre les buts scientifiques d’ASTEP+ en incluant en particulier l’observation de contreparties d’évènements d’ondes gravitationnelles.