Architecture de lithosphère de la Terre Adélie
Programmes soutenus ↦ Architecture de lithosphère de la Terre Adélie

Architecture de lithosphère de la Terre Adélie

L’objectif principal du projet ArLiTA est de caractériser les structures et la déformation de la lithosphère de la Terre Adélie et George Vth Land (Antarctique Est : 135° à 145 ° E). Le projet ArLiTA correspond à une approche multidisciplinaire qui combine différentes méthodes d’analyse et d’interprétation, afin de relier les observations de terrain aux modèles géodynamiques. Les structures lithosphériques sont caractérisées à l’aide d’une approche multi-échelles allant de l’étude des structures cristallines observées par microscopie électronique aux structures régionales cartographiées par l’analyse des données sismologiques. A l’échelle du terrain, l’utilisation d’outils pétrophysiques modernes comme la mesure de l’anisotropie de susceptibilité magnétique (AMS) conduira à une cartographie systématique des structures de déformation (foliation, linéation). Les informations sur la temporalité de la formation et de la déformation du Craton de Terre Adélie (TAC) sont essentielles pour interpréter toutes les données recueillies dans le cadre le plus large de la géodynamique néoarchéenne à paléoprotérozoïque, mais aussi pour quantifier les mouvements d’exhumation plus récents. Le projet déploie ainsi différentes méthodes géochronologiques en relation étroite avec les observations structurales et pétrologiques. Toutes ces études se déroulent dans les différents blocs crustaux (dont le substratum rocheux et les moraines) constituant le TAC et qui sont considérés comme représentant différents niveaux de segments crustaux néoarchéens et paléoprotérozoïques. Par ailleurs, le projet ArLiTA se concentre également sur les relations entre les structures de déformation et les transferts de fluides géologiques (fusion de silicates, fluides hydratés ou riches en carbone, etc.) au sein de la croûte. Cette dernière question nécessite des études géochimiques et plus précisément des études d’isotopes stables sur les paléo-fluides et la minéralisation associée.
L’approche pétrophysique pour déterminer les propriétés physiques des roches afin de mieux contraindre l’interprétation des données géophysiques à grande échelle, notamment sismiques et magnétiques, des roches échantillonnées en Terre Adélie reste un axe important du projet. D’un point de vue sismologique, les données sur les structures profondes de la croûte continentale et de la lithosphère sont basées sur les enregistrements de la station permanente située à la station française de Dumont d’Urville (réseau GEOSCOPE) et des stations temporaires déployées lors d’ArLiTA_1 (2009-2013). En ce qui concerne le magnétisme des roches, les mesures de susceptibilité magnétique réalisées à partir des carottages des affleurements rocheux seront utilisées pour déterminer le régime de déformation à l’origine des structures tectoniques mais aussi pour l’interprétation des données de levés aéromagnétiques associées aux programmes internationaux (e.g. ADMAP). Cela apportera une contribution essentielle à la connaissance actuelle des structures lithosphériques du bouclier antarctique oriental et plus particulièrement celles du TAC. Cela permettra des comparaisons fiables avec le craton de Gawler au sud de l’Australie, dont les caractéristiques géophysiques sont bien documentées et qui est considéré comme l’extension nord du TAC.