Kerguelen Armand Patoir 2017
Îles subantarctiques ↦ Logistique et mise en œuvre de la science

Logistique et mise en œuvre de la science

Toutes les îles sont équipées de refuges afin de permettre aux scientifiques de se déployer sur une très grande partie du territoire des îles subantarctiques. Découvrez le travail des équipes de l’Institut sur le terrain, une plongée dans une logistique qui doit faire face à tous les éléments.

Les refuges

Toutes les îles sont équipées de refuges afin de permettre aux scientifiques de se déployer sur une très grande partie du territoire des îles subantarctiques.

Baie Larose

L’Institut polaire a donc en charge 38 refuges ou sites isolés à Kerguelen, 3 à Crozet et 2 sur l’île d’Amsterdam.

A chaque rotation du Marion Dufresne, les équipes logistiques de l’Institut se déploient sur ces différents sites afin de les ravitailler, les réparer ou encore les préparer à la venue des projets scientifiques.

Le 1er moyen utilisé est l’hélicoptère, outil indispensable dans ces milieux aux conditions climatiques très changeantes et aux lieux souvent difficiles d’accès. 

Les refuges de Kerguelen

Refuge de la péninsule Courbet


Pointe Suzanne Bas

  • Type de refuge : 4 modules ( 1 cuisine, 2 chambres, 1 local science)
  • Capacité : 4 + 1 d’appoint
  • Eau : Cuve rechargée par hélicoptère, pas de rivière à proximité
  • Énergie : Gaz, panneau solaire et groupe électrogène
  • VHF
Refuge de la péninsule Courbet


Pointe Suzanne Haut

  • Type refuge: 1 module bardé (stockage, principal avec cuisine et lits) 
  • Capacité : 4 
  • Eau : Cuve rechargée par HLO, site sans rivière à proximité 
  • Énergie : Gaz 
  • VHF
Refuge de la péninsule Courbet


Morne

  • Type refuge: 2 modules (1 module de vie et 1 local science)  + 1 WC
  • Capacité : 4 (+1 d’appoint) 
  • Eau : Cuve d’eau de pluie
  • Énergie : Gaz et groupe électrogène + panneaux solaires
  • VHF 
  • Chantier Institut polaire français 2019-2020 
Refuge de la péninsule Courbet


Estacade (TAAF, gestion Institut polaire)

  • Type refuge: 1 module vie hexagonal
  • Capacité : 4
  • Eau : Rivière à proximité
  • Énergie : Gaz et groupe électrogène + panneaux solaires
  • VHF
Refuge de la péninsule Courbet


Guetteur (Ratmanoff)

  • Type refuge : 2 modules (cuisine, 1 atelier, 1 pièce guetteur)
  • Énergie : Gaz, panneaux solaires
  • VHF
  • Démantèlement partiel 2020/21: 2 modules conservés (cuisine et manip)
Refuge de la péninsule Courbet


Manchots (TAAF, ravitaillement Institut polaire)

  • Type refuge : 1 module de vie et local science
  • Capacité : 4 (+2 d’appoints)
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz et groupe électrogène + panneaux solaires
  • VHF
Refuge de la péninsule Courbet


Cap Noir

  • Type refuge : 2 modules (chambre, cuisine)
  • Capacité : 4
  • Eau : Rivière en contre bas de la cabane
  • Énergie : Gaz
  • VHF
Refuge de la péninsule Courbet


Cap Cotter

  • Type refuge : 4 modules (cuisine, chambre, local log, local ornitho + caisse bois)
  • Capacité : 4
  • Eau : Cuve rechargée par HLO
  • Énergie : Gaz et groupe électrogène + panneaux solaires
  • VHF
Refuge de la péninsule Courbet


Cataractes

  • Type refuge : 2 modules (1 nouveau et 1 ancien)
  • Capacité : 4
  • Eau : Rivière en contre bas de la cabane
  • Énergie : Gaz
  • VHF
Refuge de la péninsule Courbet


Rivières du Nord

  • Type refuge : 2 modules jumelés et bardés (chambre et espace vie)
  • Capacité : 3 + 1 d’appoint
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz et groupe électrogène
  • VHF + iridium
Refuge de la péninsule Courbet


Baie Charrier

  • Type refuge: 1 module de vie
  • Capacité : 3 + 1 d’appoint
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz et groupe électrogèneVHF
  • Chantier Institut polaire français 2019-2020
Refuge de la péninsule Courbet


Port Elisabeth

  • Type refuge : 1 module igloo
  • Capacité : 3
  • Eau : lac à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF  + iridium
Refuge de la péninsule Courbet


Val Studer

  • Type refuge : 3 modules (cuisine, chambre, vivres) et 1 toilette ouvert
  • Chantier Institut polaire français 2019-2020
  • Capacité : 4
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz, panneau solaire et groupe électrogène
  • VHF
Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Baie de l’Obs (Korrigans)

  • Type refuge : 1 module principal, 1 WC, un local stockage
  • Capacité : 6
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF
Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Australia Sud

  • Type refuge : 1 module principal, 1 WC, un local stockage
  • Capacité : 4
  • Eau : Cuve avec récupération d’eau de pluie
  • Énergie : Gaz, panneau solaire
  • VHF
Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Australia Nord

  • Type refuge : 1 module principal
  • Capacité : 2 couchages + 1 d’appoint
  • Eau : prendre avec soi + rivière sèche en été
  • Énergie : Gaz
  • VHF
Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Mayes

  • Type refuge: 1 module principal, 1 WC + local stockage
  • Capacité : 4
  • Eau : Cuve avec récupération d’eau de pluie
  • Énergie : Gaz, panneau solaire et groupe électrogène
  • VHF
Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Guillou

  • Type refuge : 1 module principal, 1 WC
  • Capacité : 4
  • Eau : à amener sur place, source d’eau sulfureuse
  • Énergie : Gaz, panneau solaire
  • VHF
Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Verte

  • Type refuge : 3 modules (cuisine, chambre, labo)
  • Capacité : 4
  • Eau : Cuve avec récupération d’eau de pluie
  • Énergie : Gaz et groupe électrogène + panneaux solaires
  • VHF
Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Cochons

  • Type refuge : 1 module principal
  • Capacité : 2 couchages + 1 d’appoint
  • Eau : source sur la plage, accessible marée basse
  • Énergie : Gaz
  • VHF
Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Cimetière

  • Type refuge : 1 en mauvaise état
  • Capacité : 3, tente obligatoire
  • Eau : rien
  • Énergie : rien
  • VHF
Refuge des presqu’îles Ronarc’h et Jeanne D’Arc


Port Douzième

  • Type refuge : 1 module principal
  • Capacité : 4
  • Eau : petite rivière à proximité mais faible débit, à amener sur place
  • Énergie : Gaz
  • VHF
Refuge des presqu’îles Ronarc’h et Jeanne D’Arc


Phonolite

  • Type refuge : 1 module principal
  • Capacité : 4
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF + iridium
Refuge des presqu’îles Ronarc’h et Jeanne D’Arc


Sourcils Noirs

  • Type refuge : 1 chalet, 1 caisse matériel science et sécu
  • Capacité : 6
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz, panneau solaire et groupe électrogène
  • VHF  (caisse Popchat en sortie de canyon) + iridium
Refuge des presqu’îles Ronarc’h et Jeanne D’Arc


Port Jeanne d’Arc (TAAF, vivres Institut polaire) – site patrimoine

  • Type refuge : 1 bâtiment
  • Capacité : 9 + 3
  • Eau : Tuyau dans ruisseau
  • Énergie : Gaz
  • VHF
Refuge du Plateau Central


Armor (TAAF, vivres Institut polaire)

  • Type refuge : 1 module principal
  • Capacité : 4
  • Eau : lac
  • Énergie : Gaz
  • VHF
Refuge du Plateau Central


Bossière (TAAF, vivres Institut polaire)

  • Type refuge : 1 arbec
  • Capacité : 4
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF  + iridium
Refuge du Plateau Central


Gazelle (TAAF, vivres Institut polaire)

  • Type refuge : 1 module principal
  • Capacité : 3
  • Eau : petite rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF
Refuge du Plateau Central


Port Couvreux (TAAF, ravitaillement Institut polaire) site Patrimoine : Bergerie Bossière

  • Type refuge : 1 module principal
  • Capacité : 4
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz et groupe électrogène
  • VHF + iridium
Refuge du Plateau Central


Val Travers

  • Type refuge : 1 arbec
  • Capacité : 4
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF + iridium
Refuge du Plateau Central


Lac Bontemps (provisoire)

  • Type refuge : 1 module principal, 2 modules chambre/stockage
  • Capacité : 4
  • Eau : lac à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF + iridium
Refuge du Plateau Central


Puy St Théodule (temporaire)

  • Type refuge : 1 grotte
  • Capacité : 3
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF + iridium
Refuge au sud de la Calotte Cook


Mortadelle

  • Type refuge : 2 arbecs (vie et stockage)
  • Capacité : 6
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF + iridium
Refuge au sud de la Calotte Cook


Baie Larose

  • Type refuge : 1 arbec
  • Capacité : 6
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF + iridium
Refuge au sud de la Calotte Cook


La Mouche

  • Type refuge : 2 arbecs (vie et stockage), 1 module bois
  • Capacité : 4
  • Eau : rivière
  • Énergie : Gaz
  • VHF + iridium
Refuge au sud de la Calotte Cook


Les Deux Frères

  • Type refuge : 2 modules (cuisine et stockage)
  • Capacité : 0, tentes à ramener
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
  • VHF + iridium
Refuge au nord de la Calotte Cook


Port Cénis

  • Type refuge : 1 structure vie, 1 structure couchage
  • Capacité : 4 couchages
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : Gaz
Refuge au nord de la Calotte Cook


Athéna

  • Type refuge : 1 structure vie, 1 structure couchage
  • 2 petites caisses bois
  • Capacité : 4 couchages
  • Eau : lac  à proximité
  • Énergie : Gaz
Refuge au nord de la Calotte Cook


Port Perrier

  • Type refuge : 1 cabane
  • Capacité  : 4 couchages
  • Eau : eau à proximité
  • Énergie : sans énergie – à apporter
Ancien site à Kerguelen

Anse du Phoque

Ancien site à Kerguelen

Port Léontine

Ancien site à Kerguelen

Vallée Ring

Ancien site à Kerguelen

Lac Suisse

Ancien site à Kerguelen

Anse du Cartographe

Ancien site à Kerguelen

Glacier

Ancien site à Kerguelen

Pointe Charlotte

Refuge de la péninsule Courbet


Portillon

Refuge des îles du Golfe du Morbihan


St Malo (TAAF)

Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Haute (TAAF)

Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Laboureur (TAAF)

Refuge des îles du Golfe du Morbihan


Longue (TAAF)

Les refuges de Crozet

Baie américaine

  • Type refuge : 1 chalet
  • Capacité :4 couchages
  • 1 arbec métallique magasin
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : groupe électrogène, gaz et panneaux solaires

Pointe Basse

  • Type refuge : 1 chalet cuisine, 1 chalet couchage + 1 module magasin vivres + 1 arbec matériel science et sécu
  • Capacité : 4 couchages
  • 1 shelter magasin sur plateforme pilotis métallique magasin
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : groupe électrogène, gaz et panneaux solaires

La Pérouse

  • Type refuge : 1 module bois
  • Toiture bardage métal
  • Capacité :4 couchages
  • Eau : rivière à proximité
  • Énergie : gaz

Les refuges d’Amsterdam

Entrecasteaux

  • Type refuge : 2 refuges bois (1 vie + 1 labo)
  • Capacité : 4 couchages
  • Eau : site sans rivière, eau de pluie
  • Énergie : groupe électrogène, gaz et panneaux solaires
  • Bon état, entretien régulier

Del Cano

  • Type refuge : 1 module bois
  • Toiture bardage métal
  • Capacité :3 couchages
  • Eau : cours d’eau à proximité

Les laboratoires en station

L’Institut de physique du globe de Strasbourg est responsable des observatoires magnétiques et sismologiques permanents de Kerguelen, Crozet et de l’île d’Amsterdam. Ouvert à l’occasion de l’Année géophysique internationale (1957-1958) à Kerguelen et dans les années 80 à Crozet et Amsterdam, l’observatoire magnétique fait partie du réseau global d’observatoires magnétiques numériques fournissant des données en temps quasi-réel via les satellites de télécommunication INTERMAGNET

Sub JeromeCHAPPELLAZ OP32018 InstitutPolaireFrancais 876
Sub JeromeCHAPPELLAZ OP32018 InstitutPolaireFrancais 876

Le programme d’observation comporte la mesure absolue des éléments du champ magnétique terrestre, l’enregistrement continu des variations temporelles, le calcul des indices d’activité et la détermination de la variation séculaire. Les mesures de champ magnétique servent à la description de la figure du champ et à la mise à jour des modèles de potentiel géomagnétiques. La cartographie du champ principal et son évolution au cours du temps (variation séculaire) constituent les principales sources d’information sur la dynamique du noyau et son interaction avec le manteau.

Les stations sismologiques à Kerguelen, ouverte également lors de l’Année géophysique internationale à Crozet en 1986 et sur l’île d’Amsterdam sur la base Martin-de-Viviès ouverte en 1982, font partie du réseau international de surveillance sismique baptisé GEOSCOPE développé par l’INSU depuis 1982. Ce réseau participe à la localisation des séismes dans le monde entier, à la détermination du mode de rupture des failles qui les causent et aussi à une radiographie tridimensionnelle de l’intérieur du globe. Ce réseau GEOSCOPE est intégré dans le système de surveillance international des risques liés aux tsunamis dans l’océan Indien.

Sub Crozet Logistique ChristopheGUILLERM IPEV 4

Les marégraphes à Kerguelen, Crozet et St Paul du réseau ROSAME sont développés par le Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales LEGOS. Il est constitué d’une station marégraphique automatique qui déclenche, toutes les demi-heures et transmet en temps réel via le système Argos, des mesures de pression atmosphérique, de température de l’air, de pression de fond et de température de l’eau. 

Le radar SuperDARN de Kerguelen est un radar haute fréquence consacré à l’étude de la dynamique de l’ionosphère et aux relations Soleil-Terre. Il émet des ondes radioélectriques, de fréquence ajustable entre 8 et 20 MHz, qui sont réfractées dans l’ionosphère. Une partie de l’énergie est rétrodiffusée (diffusion de Bragg) par la structure irrégulière du plasma et revient vers le radar. L’onde rétrodiffusée subit par effet Doppler un changement de fréquence proportionnel à la composante radiale de la vitesse du plasma.

Afin de mesurer à la fois l’intensité et la direction de la vitesse du plasma, on dispose 2 radars sur des sites distants couvrant le même champ de vue. Le radar de Kerguelen, installé au cours de l’été 1999-2000, est apparié avec un radar japonais situé sur la base antarctique de Syowa. Le radar est constitué de 2 lignes d’antennes parallèles. La ligne principale de 225 m de long comporte 16 antennes

Au total 15 radars sont actuellement répartis en longitude dans les hémisphères Nord et Sud, ceinturant les zones aurorales et polaires. Ils forment le réseau SuperDARN (Dual Auroral Radar Network) développé en coopération multinationale : Australie, USA, Canada, France, Grande Bretagne, Italie, Suède, Finlande, Japon, Afrique du Sud.

Sur l’île d’Amsterdam, le Réseau atmosphérique de mesure des composés à effet de serre (RAMCES) permet le suivi à long terme des gaz à effet de serre. Il est constitué de stations de mesures (des observatoires) en continu, de sites de prélèvements en surface, de site de mesures aéroportées et de stations mobiles maritimes. 

L’île Amsterdam fut le premier site de mesures et reste aujourd’hui le point de référence mondial pour le suivi des gaz à effet de serre. L’observatoire est localisé au nord de l’île Amsterdam à la Pointe Bénédicte, sur une falaise de 70 m à environ 2 km de la base Martin-de-Viviès. Les prélèvements sont effectués au sommet d’un pylône de 20 m. 

Les thématiques scientifiques déployées par station

L’Institut polaire français déploie dans les îles Subantarctiques une trentaine de projets scientifiques par an sur l’ensemble de l’archipel. Les thématiques scientifiques couvrent un large spectre de sujets et pour certaines sont spécifiques selon les lieux. 

A Kerguelen, Crozet et Amsterdam

Géophysique interne

  1. Sismologie : observation à très large bande et à grande dynamique des mouvements du sol
  2. Magnétisme : Enregistrement des variations du champ magnétique terrestre, traitement des données et diffusion dans les centres mondiaux à travers le réseau Intermagnet
  3. Mesure du niveau de la mer et étude des variations séculaires du niveau de la mer : traitement et validation des mesures altimétriques satellitales, surveillance des tsunamis
Logistique et mise en œuvre de la science

Écologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

Variation spatio-temporelle de l’environnement et écologie des oiseaux et mammifères marins, suivi à long terme des populations d’oiseaux et mammifères marins.

Logistique et mise en œuvre de la science

Écologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

Étude des communautés virales et microbiennes hyper-thermophiles des sources hydrothermales de l’île

Logistique et mise en œuvre de la science

Écologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes terrestres. Impact des évolutions climatiques et de l’introduction de nouvelles espèces.

 

Logistique et mise en œuvre de la science

Écologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

Communication des oiseaux et mammifères marins : olfaction, signaux optiques, signaux acoustiques (rôle dans la reconnaissance individuelle chez les manchots, choix du partenaire chez les pétrels et les éléphants de mer)

Logistique et mise en œuvre de la science

Écologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

Bilan immuno écotoxicologique de l’eau et des salmonidés des îles Kerguelen

Logistique et mise en œuvre de la science

Écologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

Stratégie énergétique en mer de prédateurs s’alimentant par plongée (manchots, cormorans, phoques). Étude éco physiologique par télémétrie des déplacements alimentaires, quantification énergétique, potentiel bio-indicateur des prédateurs plongeurs. Utilisation comme plate-forme d’investigation en océanographie physique

Logistique et mise en œuvre de la science

Écologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

Mécanismes d’adaptation au froid chez les endothermes et ectothermes antarctiques, approche intégrée allant de l’animal entier, aux niveaux tissulaires jusqu’à l’expression des gènes.

Logistique et mise en œuvre de la science

Écologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

Physiologie, capacités énergétiques et comportement du manchot royal

Logistique et mise en œuvre de la science

Écologie, écophysiologie, réponse aux variations environnementales

Étude des adaptations comportementales et physiologiques permettant aux manchots de faire face aux contraintes environnementales (changements climatiques saisonniers et inter-annuels) et d’assurer le succès de leur reproduction.

Logistique et mise en œuvre de la science
A Kerguelen

Géophysique externe

  1. Observation de la composante nucléonique du rayonnement cosmique : étude de l’accélération des protons dans les éruptions solaires, compréhension de la propagation du rayonnement cosmique dans l’héliosphère
  2. Programme SuperDARN de radars cohérents HF : observations continues de la convection du plasma ionosphérique dans les régions de haute latitude, zones aurorales et calotte polaire.
Logistique et mise en œuvre de la science

Chimie de l’atmosphère

Surveillance à long terme de la stratosphère, réseaux Network for Detection of Stratospheric Change (NDSC) et World Meteorological Organisation (WMO), impact climatique des Polar Stratospheric Cloud

Logistique et mise en œuvre de la science

Chimie de l’atmosphère

(PSC), tendance de l’ozone, validation des missions satellites

Logistique et mise en œuvre de la science
A Crozet et Amsterdam

Chimie de l’atmosphère

Étude du cycle atmosphérique du soufre. Rôle des aérosols troposphériques dans le système climatique de l’océan Austral. Quantification du rôle des sels de mer et impact sur la chimie atmosphérique

Logistique et mise en œuvre de la science

Chimie de l’atmosphère

Suivi à long terme des gaz à effet de serre CO2, CH4, N2O, SF6

Logistique et mise en œuvre de la science
+

Approvisionnement : Le Marion Dufresne

Sub Crozet Logistique LaetitiaKERNALEGUEN 2011 IPEV 6

Le Marion Dufresne est un navire polyvalent. Lancé en 1995, il assure deux fonctions principales. La logistique des îles subantarctiques françaises : Crozet, Kerguelen, Amsterdam/Saint-Paul, sous la responsabilité des TAAF.

La recherche océanographique : sur la majeure partie des océans, elle était sous la responsabilité de l’Institut polaire jusqu’en janvier 2018 et est désormais sous celle de l’Ifremer.

Carte d’identité du Marion Dufresne

  • Longueur hors tout : 120,50 m
  • Largeur : 20,60 m
  • Creux : 12,80 m
  • Tirant d’eau : 6,95 m
  • Déplacement : 10.380 t
  • Port en lourd : 4.900 t
  • Fret : 2.500 t
  • Propulsion : Diesel-électrique
  • Puissance de propulsion : 2 x 3.000 kW
  • 1 propulseur avant de 750 kW
  • 2 lignes d’arbres
  • 2 gouvernails à aileron
  • Vitesse maximale : 16 nœuds
  • Passagers : 110
  • Équipage : 10 officiers + 20 marins + 20 journaliers
  • Constructeur : Ateliers et Chantiers du Havre (livré le 12 mai 1995)
  • Armateur : Louis Dreyfus Armateur
  • Affréteurs : Ifremer pour l’océanographie et les Terres Australes et Antarctiques Françaises (Taaf) pour la logistique
+

Grâce aux capacités supplémentaires que lui octroie sa fonction de navire logistique, le Marion Dufresne est, en tant que navire scientifique, parmi les plus grands de la flotte mondiale. Il bénéficie d’une tenue à la mer exceptionnelle permettant de travailler par tous les temps. Les possibilités de logement, de transport de fret, de manutention et d’autonomie permettent les campagnes à la mer les plus lourdes. La propulsion diesel-électrique lui apporte la souplesse et la discrétion nécessaire aux opérations scientifiques. Disposant de nombreux équipements, il est opérationnel dans tous les domaines de l’océanographie : géosciences marines, océanographie biologique, physique et chimie des océans…

Sa spécificité est reconnue sur le plan international en matière de carottage sédimentaire et d’études paléoclimatologiques. Grâce à son « carottier géant » CALYPSO, il est un des seuls navires à collecter des carottes sédimentaires pouvant atteindre plus de 60 mètres de longueur. Navire de recherche équipé de 650 m² de laboratoires, il possède un système de treuillage pour la manipulation d’engins et matériels lourds, un sondeur multifaisceaux Thalès et un carottier géant calypso unique au monde.

C’est aussi un paquebot qui sert au transport du personnel des bases et des visiteurs vers les Terres Australes avec une capacité pour 110 passagers. Sa possibilité en cargo lui permet de charger des containers et des colis lourds d’une capacité de 4.600 m³ à l’aide de deux grues jumelables de 25 tonnes et de trois autres grues de service.

Ce navire est aussi un pétrolier transportant du fuel pour les stations et un porte-hélicoptères pouvant recevoir un hélicoptère de type Écureuil, Lama ou Dauphin ;

Compte-tenu des zones de navigation et de l’environnement sévères auxquels il est soumis, le Marion Dufresne a fait l’objet d’améliorations concernant la sécurité à bord et la fiabilité par rapport au standard des navires marchands actuels.

Compte-tenu des zones de navigation et de l’environnement sévères auxquels il est soumis, le Marion Dufresne a fait l’objet d’améliorations concernant la sécurité à bord et la fiabilité par rapport au standard des navires marchands actuels.